Gueugnon, à fond la forge !

Passer en douze saisons d’une victoire au Stade de France à une obscure rencontre de Division d’Honneur contre Chatenoy-le-Royal, tel est le destin du FC Gueugnon, le club des Forgerons.

Toute ressemblance avec l’Industrie Française n’est-elle que fortuite ?

Né pendant la seconde guerre mondiale de la fusion de deux associations, Gueugnon garde le statut amateur pendant plus de quarante-cinq ans, refusant par la même occasion l’accession en 1ere division obtenue d’une main de maître en 1980.

C’est l’époque de feu où le département de Saône et Loire profite au maximum de son industrie et voit trois clubs différents séparés de quelques kilomètres ferrailler dans la même division : Gueugnon, Cuiseaux Louhans et Montceau les Mines. L’industrie du charbon et de l’acier français vaut encore de l’or.

Pendant 25 saisons d’affilée, Gueugnon écume les terrains de 2eme Division ce qui reste aujourd’hui encore un record.

Jusqu’en Mai 1995, où le stade Jean Laville, incandescent et totalement acquis à ses Forgerons, voit le FC Gueugnon battre le Red Star et conquérir une promotion en D1 que le club accepte. Les héros s’appellent alors Jean Acedo, Pierre Chavrondier ou Franck Jurietti.

Le bonheur au sein de l’élite ne dure qu’une seule année mais la saison 1999/2000 restera également gravée dans les mémoires car, sorti des bas-fonds de la Ligue 2, le club vint damer le pion au Paris St Germain en finale de la coupe de la Ligue au Stade de France et s’offrir, outre son premier trophée national significatif, une participation à la coupe UEFA.

La suite on la connaît. Géographiquement situé entre le marteau (Paris) et l’enclume (Lyon), le club accumule management déficient, mauvaises décisions, erreurs de recrutement et inévitablement faillite financière dans une région qui doit aussi faire face à une désindustrialisation prononcée. Il n’était pas encore question de redressement productif ! L’intervention de Tony Vairelles qui rachète le club en 2009 n’aura pas permis d’éviter le pire : la liquidation financière gravée au fer rouge et le retour en Division d’Honneur dès la saison 2011/2012.

De l’époque bénie subsistent encore aujourd’hui Richard Trivino, Eric Boniface et Philippe Correia qui, armés d’un mental en fer forgé, souhaiteraient redonner au FC Gueugnon la flamme et l’ambition.

Parce que pour tous les forgerons, Ligue 1 rime avec Vulcain !

Lyonnais gourmet

Publicités

Une réflexion au sujet de « Gueugnon, à fond la forge ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s