#LeFootballVrai selon les footballeurs vrais : Episode 9 – Laurent Fournier ( Partie 3/3 )

7653410523_l-entraineur-de-strasbourg-laurent-fournierAprès une parenthèse de deux ans à Saint Etienne, Laurent Fournier décide de retrouver un grand club et signe à marseille puis au psg et à bordeaux. Pendant ces huit saisons, il gagnera deux titres de champion de France, 2 Coupes de France et disputera 3 finales de Coupe d’Europe dont une victorieuse. C’est tout cela, ainsi que son expérience avec l’Equipe de France, que Laurent a souhaité partager avec vous dans cette dernière partie.

Bernard Mendy à l’asse ?

« Le frère d’Etienne. Un immense potentiel qu’une très grave blessure a gâché. »

L’OM ?

« C’est le lancement de ma carrière au niveau international. Amoros, Di Meco, Boli, Waddle, Papin, Mozer, que des bons mecs très humbles. Olmeta dans la cage, un gardien comme je les aime. »

Bernard Tapie ?

« Président. Point. »

Franz Beckenbauer ?

« La très grande classe. »

Raymond Goethals ?

« Quand je suis arrivé, il m’appelait « chose ». Quand je suis parti, après Bari, il m’appelait Lolo. »

Bari ?

« Je ne pensais pas jouer. Et puis Bernard Pardo se blesse. Je suis donc titulaire et Jean Tigana remplaçant. Le résultat est une déception. A la fin du match, tu penses que tu n’auras peut être jamais plus la chance de rejouer une finale ».

Le PSG ?

« Que de très grands moments. Des instants magiques avec Vincent Guerin et Alain Roche qui étaient mes voisins. Un joueur exceptionnel comme Ginola qui n’a pas eu, à mon avis, la reconnaissance qu’il aurait du avoir. Des jeunes comme Leroy ou Allou qui apportaient. Un entraineur joueur gagneur comme Luis Fernandez. Des joueurs de classe internationale qui étaient des supers mecs. »

Bruno N’Gotty, Frank Gava et Florian Maurice au PSG ?

« C’était super que des lyonnais signent au PSG. De très bons mecs. Flo, c’est resté un pote. Bruno, il devait changer de voiture tout le temps. C’est le club qui fournissait les véhicules. Il les usait car il faisait tout le temps des aller-retours à Lyon. »

Edmilson, l’express de Porto ?

« Je lui ai piqué la place de titulaire. »

Daniel Kennedy ?

« …je l’ai blessé, il n’a plus beaucoup joué au psg… »

Michel Denisot ?

« Un grand Président qui mettait les joueurs dans les meilleures conditions pour réussir. »

Les Girondins de Bordeaux ?

«  Un drôle de départ. J’y suis resté un an. Mais je rate la Ligue des Champions avec le psg. J’en ai profité pour me construire une cave ! Ce qui est drôle, c’est que je dois marquer 5 ou 6 buts ! Juste un peu moins que Valdeir et Dugarry ! D’ailleurs, le plus fort de nous tous, c’était vraiment Dugarry. A mon avis, il était alors beaucoup plus fort que Zidane. »

Le Steaua Bucarest ?

« Avec cette bourde administrative et le résultat du match retour, j’ai en quelque sorte fait encore plus aimer le psg ! »

Le métier de coach ?

« C’est sympa. C’est vrai que, très souvent, le groupe fait l’entraineur. »

Guy Roux ?

« Connais pas.»

L’Equipe de France ?

« Je vais te raconter un truc que personne ou presque ne connait. En 1991, avec des potes, nous sommes allés voir une voyante à Rillieux la Pape. Pour rigoler.

Elle m’avait dit que je serai sélectionné en Equipe de France un jour mais pas du premier coup. Elle m’avait expliqué que je remplacerai un joueur blessé ou malade.

En 1992, je marchais bien. Je regardais la sélection mais je n’étais pas appelé. Un matin, en lisant la presse, je découvre que Jerome Gnako est forfait car malade. L’après-midi, on m’appelle pour la première fois en sélection ! Depuis 20 ans, je recherche la cassette de cette voyante car notre conversation avait été enregistrée ! Et je ne la trouve pas ! »

Que fais-tu aujourd’hui ?

« Depuis mon départ d’Auxerre, je suis un coach disponible. Mais je ne veux pas m’engager pour m’engager. Il faudrait un beau projet. Je fais aussi des interventions comme consultant pour des matchs à la TV. Et puis je m’occupe, avec mon fils, des stages de foot. Ils ont lieu dans les Yvelines. On encadre les gamins. On essaie de les faire progresser sportivement et humainement. Et puis, à la fin, 50% de tous les bénéfices sont reversés à des clubs amateurs de la région. (NDLR : une initiative très football vrai) »

Lyonnais gourmet

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s