#LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 14 : Fabien Pigalle (Nice Matin)

 Fpig Fabien Pigalle est journaliste au quotidien régional Nice Matin. Amoureux du foot et du monde mouvementé des tribunes, il nous livre sa vision du football vrai. Un football à base de Liptonic et d’Intertoto.

– Le match qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Sans hésiter le Monaco-Nice 2004-2005 (3-4). Je suis dans les tribunes avec mon père. Le stade est rouge et noir. 15000 personnes, le Louis II est rarement aussi rempli. On se fait grave chier jusqu’à l’heure de jeu… on est mené 3-0. Dans la tête, c’est plié, tu penses aux raviolis que tu vas te faire en rentrant. Et puis là, miracle ! Franchement je pourrais dire que j’ai vu un joueur en transe : Victor Agali. Un grand black qui ne valait pas une chique à tabac. Cette année-là, il fait 30 matchs et marque 6 buts…  Agali en claque trois en moins de dix minutes contre Monaco (Vahirua rajoute le sien pour rafler les trois points). Dans le stade c’est l’hystérie ! Sur chaque but mon père me sautait dessus (90 kg sur la gueule, quand même). À la fin du match, comme tous les Niçois, on repart en scooter sur la moyenne corniche qui longe le bord de mer. On venait de gagner une coupe du monde.

– Le stade qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Le Ray. Mais l’époque où quand on voyait des fumigènes, on se disait : « putain trop beau, ça va être bouillant » et non : « Mon Dieu c’est dangereux ». Le stade est vétuste juste comme il faut. Puis «l’enceinte» est située au cœur de la ville. Du coup, tu vois les palmiers, les mecs au balcon autour du stade qui matte le match. Certains sont même dans les arbres.

– Le joueur qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Arbeloa ou Denis Irwin. Les joueurs les plus pourris de leur équipe. Peu importe ta catégorie, tu as toujours le boulet de l’équipe qui doit jouer. Et je ne sais pas pour quoi, mais il est toujours arrière latéral. Irwin, il n’a rien pour lui le pauvre, mais il va tout gagner. Arbeloa, il prend le bouillon à chaque match, mais joue toujours dans le club le plus prestigieux au monde. Va savoir sous quelle étoile ils sont nés, sans déconner ?

– Le But qui pour toi symbolise #LeFootballVrai

Juninho contre l’OM en 2004 ou 2005. Le genre de but que tu veux claquer dans ta cour de récré avec ton ballon en mousse. Ces putains de cages de hand sont trop petites, alors faut que tu t’approches du but. Tu te lances tête baissée. Juninho l’a fait, au vélodrome.

– Le maillot qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Le maillot de Dortmund qui élimine l’AJA de Guy Roux en coupe d’Europe. Dégueulasse. Chapuisat dans son maillot jaune post-it et noir. Ça te foutait la migraine. Avant de jouer dans un club, j’ai toujours regardé de quelles couleurs étaient les maillots. La base. Pour moi, le jaune, ça devrait être interdit.

– Le club qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

SC Bastia. Cette île me fascine. Tu te dis, tout est possible. À l’époque des Lachuer, Née ou Pierre-Yves André c’était magique. Ça jouait au ballon, et derrière dans les tribunes, tu avais que des chasseurs de sangliers. Tu viens pour jouer, mais tu sais que tes plus belles prestations… tu les feras à l’échauffement. Trop de pression sur tes épaules pendant le match. Et ce, même si le stade n’est pas plein.

– Le Coach qui pour toi symbolise #LeFootballVrai

Courbis of course. T’imagines ses discours dans les vestiaires ? Moi j’imagine un gars qui te parle à la fois du match que tu dois faire, mais aussi de deux trois bons plans un peu “magouille”. « N’hésite pas à presser plus haut quand tu es dans tes vingt mètres… ; et au fait ? Faudrait que je te voie pour racheter le macumbanight. C’est toujours d’accord ? ».

– Le sandwich qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Le jambon gruyère salade et sa tomate (une rondelle de tomate pas plus) que les clubs qui reçoivent donnent aux joueurs visiteurs. Si tu as un peu de mayonnaise dedans, c’est que tu as de la chance. À déguster impérativement près d’une fontaine d’eau… au risque de mourir étouffé.

– La boisson qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Le Liptonic… Je ne sais pas pour quoi, mais à chaque fois que j’avais fini de jouer au foot, je prenais çà à la buvette du coin. Un Liptonic et  des chips (le mec qui a inventé la chip, c’est un génie quand même).

– La compétition qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

L’intertoto et son premier match en plein été. Tu as jamais compris qui gagnait quoi et dans quel pays se situe le club que tu affrontais.

– La coupe de cheveux qui symbolise pour toi #LeFootballVrai

La coupe de Gattuso quand ses cheveux bien mouillés et bien gras lui collent sur le front. Rien qu’en voyant sa coupe, tu pouvais deviner que ce mec-là était un tueur à gage sur le terrain. Un charognard. Un chasseur d’ours prêt à te faire sauter au moindre ballon que tu pousses trop en avant.

Propos recueillis par Alex Cariou

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s