#LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 16 : Matthieu Pécot

Back CameraMatthieu Pecot travaille actuellement pour le mensuel que l’on ne présente plus, So Foot. Nous avons à ce jour interrogé plus d’une quinzaines de journalistes et il est le premier à nous faire part de son amour pour le club doyen.

– Le match qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Lorient-Bastia, finale de Coupe de France 2002, mon baptême au Stade de France. J’avais le maillot de Darcheville et mon frère celui de Pape Malick Diop. Une légende dit d’ailleurs que c’est mon frère qui a lancé les sifflets pendant la Marseillaise. Les supporters de Bastia n’ont fait que suivre le mouvement, ce qui a fini par mettre en colère le grand Jacques Chirac.
– Le stade qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Pour avoir mis les pieds dans la Curva Nord un jour de match de la Lazio, je peux te dire qu’il y a autant de néo-nazis au Stadio Olimpico qu’au Roudourou ou à Gaston-Petit. Il y a un truc dans ce stade, c’est évident. Un pote m’avait conseillé d’y aller en passant par un petit parc qui mène au pont qui fait traverser le Tibre. Dans ce parc, des vieux un peu charismatiques vendent des shots de Borghetti, une liqueur de café délicieuse.
– Le joueur qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Matthew Le Tissier. Parce qu’il avait des grosses joues, un peu de bide et une allure qui fait que t’avais envie qu’il soit ton beau-frère. Les soirs où je n’ai plus foi en l’être humain, je tape son nom dans youtube et ça me requinque un peu. Au-delà de ça, ce mec est resté fidèle à Southampton toute sa vie quitte à flinguer sa carrière internationale. Ça me fait marrer qu’on cite Paolo Maldini ou Steven Gerrard comme ambassadeurs de « l’amour du maillot ». Disons que j’aurais bien aimé voir comment ces deux-là auraient agi s’ils avaient été formés à Southampton ou à Luzenac. Et pour en finir avec Le Tissier, « Matt Le God » est un surnom qui me parle.

– Le But qui pour toi symbolise #LeFootballVrai

Un coup franc de Teddy Bertin, n’importe lequel. Quand j’allais à Deschaseaux, j’étais trop petit pour savoir si Bertin était un bon joueur ou pas. Avec du recul, je me dis que c’est très bien comme ça. Bref, cette époque où les mecs avaient les couilles de tirer des coups francs de plus de trente-cinq mètres me manque.

-Le maillot qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Je vais faire quelque chose de plus simple, te donner un exemple de maillot qui ne symbolise pas #LeFootballVrai. Tape « maillot third marseille » dans Google images et t’auras une idée des choses à éviter : orange fluo, écossais, motifs vert-jaune-rouge… Paradoxalement, j’ai toujours eu de l’affection pour les tenues de Jorge Campos.

photo(2)

-Le club qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

De la même façon qu’on ne choisit pas ses parents, on ne choisit pas le club qu’on va supporter. Moi, c’est Le Havre AC qui m’est tombé dessus. Caveglia, Dhorasoo, Ba, Tiéhi, Beuzelin, Piveteau, Revault, Mahut, Uvenard, Pascual, Horlaville, Hamed Diallo, Oumar Sané, Boumsong, Mandanda, Lassana & Alou Diarra, Gueïda Fofana, Pogba, les frères Diawara, Pouget, Becanovic, Ouzounidis, Pantic, Alassane, Anin, Mansouri, Mendes, Sinama-Pongolle, Le Tallec, Kandia Traoré, Jean-Michel Lesage, Jovial, Malfleury…  Aimer un club, c’est mettre en avant trente-quatre joueurs et pas un seul. Le club qui incarne le #LeFootballVrai, pour moi, il galère mais il a une histoire. La vie, c’est pas gagner la Ligue des champions ; c’est trembler à chaque mercato car tu sais que l’Europe s’apprête à transformer ton centre de formation en supérette.

http://www.sofoot.com/tu-sais-que-tu-supportes-le-havre-quand-156353.html

-Le Coach qui pour toi symbolise #LeFootballVrai

Gilbert Gress. J’aime les gens qui luttent contre le temps sans que ce soit une posture.

Gilbert Gress, c’est quelqu’un qui vouvoie ses joueurs, les fait courir dans les bois et s’en tape qu’on se moque de lui. Il sait des choses que les autres ignorent, voilà tout. Un homme qui te dit avec sincérité que l’Arsenal des années 2000 a quelque chose du Strasbourg de 1979, tu l’écoutes et tu te tais.

– Le sandwich qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

En D3 luxembourgeoise, Flaxweiler/Beyren, club où 95% des membres sont yougoslaves, fait des salsicce incroyables. Le reste ne m’intéresse pas.

– La boisson qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Dans la Red Bull Arena de Salzbourg, je te laisse deviner la seule boisson à laquelle tu as accès. Dans le salon réservé à la presse que j’ai découvert cet été lors d’un Salzbourg-F91 Dudelange en 2e tour de Ligue des champions, il y avait un nombre incroyable de frigos remplis. Toutes les sortes de Red Bull imaginables étaient sous mon nez. On était en plein été et les huit heures de bagnole que je venais d’enquiller m’avaient tué. Alors j’ai fait la connerie d’en boire neuf entre l’avant-match et la mi-temps. Dudelange, qui avait gagné 1-0 à l’aller, s’est qualifié en perdant 4-3 après avoir mené 1-3. J’avais pas besoin du scénario pour vibrer, la taurine me permettait de m’enflammer dès qu’il y avait une touche.

Après, question boisson, ma petite fierté est de raconter qu’un jour, Cyrille Pouget m’a offert une bière à Wembley.
– La compétition qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Même si j’ai des sentiments pour le Tournoi de France, si je devais n’en retenir qu’une, ce serait la Coupe d’Europe des vainqueurs de Coupe. Pourquoi ? Parce qu’elle rimait à quelque chose. Aujourd’hui, tu peux finir 3ème ou 4ème de ton championnat et remporter la C1 l’année suivante. En fait, je respectais les Coupes d’Europe quand leur nom avait un sens.

– La coupe de cheveux qui symbolise pour toi #LeFootballVrai

J’ai du mal avec l’idée de la moquerie. Le cuir chevelu de Tony Vairelles en a pris plein la tronche alors qu’on fond, il représente une réalité d’une époque. Non, moi, j’ai de la tendresse pour les gens qui ont fait le choix de ne pas en faire. Un Mickaël Debève, par exemple, peut voyager dans le temps avec une coupe ni longue, ni courte, ni belle, ni moche.

Propos recueillis par Alex Cariou

Advertisements

Une réflexion au sujet de « #LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 16 : Matthieu Pécot »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s